N-I et N-II

Historique

Sous l’impulsion du Premier Ministre, la NASDA (NAtional Space Development Agency) est créée en 1969. Contrairement à l’ISAS qui est un institut de recherche dépendant de l’Université de Tokyo, la NASDA est une agence spatiale à l’instar de la Nasa ou encore de l’ESA, dédiée au développement des satellites d'application et des lanceurs associés. La volonté japonaise de se doter d’un lanceur spatial va se heurter à des considérations politiques étrangères. Pour conserver leur hégémonie dans ce domaine, les Etats-Unis vont persuader le Japon, mais aussi l’Europe, de renoncer à développer leur propre lanceur aux profits des fusées américaines. Dans un premier temps, la proposition est rejetée mais les Japonais reviennent sur leur décision suite à une rencontre avec le Président Johnson. Ce dernier propose de restituer des îles administrées par l’armée américaine depuis la fin de la guerre en échange de l’achat de licence de fabrication de la fusée Thor-Delta pour un prix d’environ 50 millions $.

C’est ainsi que la première fusée à ergols liquides produite au Japon n’est autre qu’un clone d’une fusée américaine. N-I est construite par Mitsubishi. Elle décolle pour la première fois du centre spatial de Tanegashima le 09 février 1975. Suivront six autres lancements jusqu’en 1982 avant de céder la place à N-II.

Fiches techniques

N-I

N-II

Les sources