Généralités

L’indépendance de l’Algérie pousse les autorités françaises à rechercher un autre site de lancement en remplacement du champ de tir d’Hammaguir. Dès 1962, le CNES commence la prospection à travers le monde pour dénicher le meilleur endroit pour construire sa nouvelle base de lancement. L’agence spatiale établit une liste de critères à respecter :

  • Pouvoir effectuer des lancements vers le Nord et l’Est sans mettre en danger la population ;
  • La base doit se trouver proche de l’équateur pour profiter au maximum de la rotation terrestre ;
  • Elle doit se trouver en dehors des zones à risques (cyclones et séismes) ;
  • On doit y avoir accès tant par la voie maritime que aérienne.

Quatorze sites répondent à ces critères dont la Guyane-Française qui a l’avantage d’être un département français.

Le 16 avril 1964, le gouvernement français entérine la décision de construire un centre spatial en Guyane-Française. A partir de 1965, les chantiers vont se succéder pour sortir de terre les différentes infrastructures nécessaires au lancement de fusées. Le premier pas de tir achevé est celui de la fusée-sonde Véronique qui est inauguré le 09 avril 1968. Il est suivi par celui des fusées françaises Diamant et européennes Europa qui sont utilisés dès 1970.

Au milieu des années 70, le programme Diamant est arrêté au profit de la fusée Ariane en cours de développement. Le pas de tir de la fusée française est abandonné tandis que celui d’Europa est réhabilité en vue d’accueillir le nouveau lanceur européen.

A partir des années 80, le Centre Spatial Guyanais se modernise pour faire face au succès commercial de la fusée Ariane. De nouveaux pas de tir sont construits et les bâtiments associés aux activités du CSG poussent comme des champignons.

En 2003, la France et la Russie signent un partenariat pour exploiter les fusées Soyuz depuis la Guyane. Le projet se concrétise en 2011 avec un premier vol de la mythique Semiorka sous l’égide d’Arianespace. Il est suivi quelques mois plus tard par le vol inaugural de VEGA depuis l’ancien pas de tir Europa/Ariane. Aujourd’hui, le Centre Spatial Guyanais est l’un des centres spatiaux les plus modernes au monde.

Les installations de lancements

ELV (5,236° N - 52,775° O): Europa II, Ariane 1, 2, 3, VEGA
ELA 2 (5,232° N - 52,776° O): Ariane 2, 3, 4
ELA 3 (5,239° N - 52,769° O): Ariane 5
ELS (5,301° N - 52,837° O): Soyuz

En gras sont les lanceurs qui partent encore des pas de tir concernés

Sources

  • Space Connection 27 - Les centres de lancements spatiaux
  • Centre Spatial Guyanais - Port spatial de l'Europe
  • La documentation guyanaise - Centre Spatial Guyanais de Jean-Michel Desobeau(Saga)