Energiya/Buran

Historique

En mars 1976, le programme lunaire N1 est abandonné. Les quatre échecs au lancement de la fusée géante et le fait que les Américains soient allés sur la Lune les premiers ont conduit les responsables du programme spatial soviétique à reconsidérer les objectifs à atteindre. Après l’échec lunaire, ils s’orientent vers la construction de stations spatiales et les vols habités de longue durée. Mais l’idée d’une super fusée n’est pas enterrée pour autant. Il est décidé de mettre en chantier Energiya. Cette super fusée est conçue pour transporter une charge utile pouvant aller jusqu’à 105 tonnes, soit dix de plus que la malheureuse N1. Pour fournir la puissance nécessaire, on se tourne vers Valentin Gloushko. Ce dernier propose d’équiper la fusée de moteurs cryogéniques. Ironie du sort, c’est ce même Gloushko qui refusa de concevoir ce même type de moteurs pour la fusée N1 de Korolev. Le succès des missions Apollo aurait-elle fait changer d’avis le motoriste ?

Energiya faisait partie d’un ambitieux programme habité semblable à celui que la Nasa développait. Il s’articulait autour d’une flotte de navettes habitées qui auraient servi à l’assemblage de la station spatiale Mir 2 en orbite autour de la Terre. Energiya était le lanceur désigné pour expédier dans l’espace Buran et ses sœurs.

L'architecture d'Energiya est assez occidentale: un corps central auquel sont accolés des boosters, directement dérivés de la fusée Zenit. Le compartiment charge utile n'est pas disposé au sommet du lanceur mais sur le dos. Plus tard, il sera remplacé par la navette Buran.

Le 15 mai 1987, Energiya décolle de Baïkonour et place sur orbite une charge utile militaire baptisée Polyos. Même si l’orbite visée n’a pas été atteinte, la fusée est qualifiée pour le lancement de la navette Buran un an plus tard.

En octobre 1988, alors que la navette Discovery reprend le chemin de l'espace après l'accident de Challenger, Buran est présentée officiellement. Même si d’apparence la navette soviétique ressemble à s’y méprendre à l’américaine, de nombreux éléments les différencies. Contrairement à la navette américaine qui assure elle-même sa propulsion, Buran dépend entièrement d’Energiya. L’autre différence majeure est la capacité de la navette soviétique à pouvoir effectuer ses missions sans équipage, ce qui n’est pas le cas du côté de la Nasa.

Le 15 novembre 1988, Energiya lance dans l'espace Buran pour une mission de 3 heures avant de revenir sur Terre en mode automatique. A cette époque, on annonce un troisième vol d'Energiya pour 1990, un second vol Buran pour 1991, le vol inaugural de Ptichka, la seconde navette de la flotte et la finition de 3 autres navettes.

En 1991, l'URSS s'effondre et avec elle, tout le programme spatial soviétique. Le troisième vol d'Energiya est annulé, y compris tous les vols des navettes. Ce n'est que 2 ans plus tard que le programme est définitivement gelé par le président russe Boris Eltsine.

Le 12 mai 2002, le toit du hangar dans lequel étaient entreposés les éléments pour le 3ème vol s'est effondré réduisant en miettes la navette et la fusée sur laquelle elle était fixée.

Fiches techniques

Energiya

Energiya/Buran

Les sources