Black-Arrow

Historique

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, les Alliés mettent la main sur le butin allemand. Les Etats-Unis, l’Union Soviétique, la France et le Royaume-Uni récupèrent les V2, les plans et les ingénieurs qui les ont mis au point. Tous ces pays deviennent dans les années 50 et 60 les premières puissances spatiales.

Le Royaume-Uni développe une flottille de missiles dont le Black-Knight et le Blue-Streak sont les plus connus. A la fin de l’année 1963, il décide de se doter d’un programme spatial qui vise, entre autres, à placer un satellite sur orbite par ses propres moyens. La conception de la fusée Black-Arrow est placée sous la responsabilité du Royal Aircraft Establishment. Il reprend les technologies déjà bien maîtrisées du Black-Knight. L’innovation vient du troisième étage à propulsion solide spécifiquement conçu pour une mise sur orbite.

Le succès du lancement du satellite Astérix par la France pousse le gouvernement britannique à soutenir le projet du Black-Arrow. En 1967, il débloque les fonds nécessaires pour procéder à trois lancements dont deux à titre expérimental suborbital. Le premier a lieu le 28 juin 1968 mais le vol inaugural se solde par un échec. Il est suivi d’un autre le 04 mars 1970. Cette fois c’est un succès, ce qui ouvre la voie à une tentative de satellisation pour le troisième lancement. Le 02 septembre 1970, la fusée rencontre plusieurs anomalies en vol. Le contrôle d’attitude est aléatoire, le second étage s’éteint treize secondes trop top. Le troisième étage n’arrive pas à compenser ce manque de vitesse et retombe dans le Golfe du Carpentaria avec son satellite.

Le 29 juillet 1971, le Gouvernement Britannique décide de stopper le programme Black-Arrow alors qu’un quatrième lancement est en cours de préparation. Il est autorisé mais ce sera le dernier. Le 28 octobre 1971, la fusée place correctement sur orbite Prospero de 66 kg. Il sera le premier et le dernier satellite lancé dans l'espace par un lanceur national.

Fiches techniques

Black-Arrow

Les sources