Falcon Heavy transforme l’essai

Publié par Philippe VOLVERT le 07-02-2018

Pari réussi pour SpaceX après le succès du vol inaugural de la fusée la plus puissante au monde - Photo AFP

Longtemps attendue, Falcon Heavy a mené à bien son vol de démonstration et a atteint tous ses objectifs. La super fusée a pris son envol hier soir depuis le Kennedy Space Center après un retard de deux heures 15 en raison de la présence d’un vent fort et persistant en altitude. Le monstre de 1 400 tonnes s’est élevé de la rampe 39A, propulsé par ses 27 moteurs Merlin 1D, développant une poussée de 22 822 kN.

Après deux minutes de vol, les fusées latérales ont été séparées et sont descendues sur leur zone de récupération à Cap Canaveral, offrant l’image insolite de deux fusées se posant à quelques mètres de distance l’une de l’autre.

Le corps central a poursuivi son vol pendant encore 25 secondes avant de se séparer lui aussi. Contrairement aux fusées latérales, cet étage n’a pu être récupéré. Deux des trois moteurs utilisés pour la descente ne se sont pas allumés. L’étage s’est écrasé dans l’Atlantique à la vitesse de 480 km/h.

Le deuxième étage a finalisé le vol avec deux allumages successifs de son unique moteur Merlin 1D, plaçant autour de la Terre le coupé sportif électrique Tesla et son mannequin « Starman » revêtu d’une combinaison conçue pour les futurs vols habités privés. En attendant l’impulsion finale pour gagner une orbite héliocentrique, intervenue cinq heures trente plus tard, SpaceX a diffusé une vidéo en direct montrant la Roadster d’Elon Musk sur fond de Terre.

De l’aveu même du patron de SpaceX, la partie était loin d’être gagnée et estimait les chances de réussite à 50 %. Le succès de la mission aura fait mentir les pronostics les plus pessimistes et conforte les ambitions de la société privée.