Le low-cost spatial en Europe

Publié par Philippe VOLVERT le 23-01-2018

Prometheus, l'un des projets qui pourrait concourir pour le Prix Horizon du Conseil Européen de l’Innovation initié par la Commission Européenne - Photo SpaceLS/P. Volvert

La Commission Européenne va se pencher aujourd’hui et demain sur la politique spatiale que l’Europe doit mener pour améliorer le quotidien des citoyens et stimuler la compétitivité sur le vieux continent. Au cours de cette dixième conférence sur la politique spatiale européenne, elle annoncera le nouveau Prix Horizon du CEI (Conseil Européen de l’Innovation) qui récompense les projets innovateurs les plus prometteurs.

Ce prix récompensera une solution concrète et viable permettant de lancer des satellites légers en orbite basse à moindre coût. Il fait échos aux projets proposés, essentiellement outre Atlantique, en matière de système de lancement low-cost. Le dernier en date est celui de la société Rocket Lab qui vient de réussir le second vol d’essai de sa fusée Electron.

Le nombre croissant de mini satellites, bâtis autour de la norme CubeSat (10 cm de côté pour 1 kg) est essentiellement expliqué par le prix abordable pour la construction de ces engins. Aujourd’hui, de nombreuses universités et centres de recherche à travers le monde s’initient à la confection de satellites. Des sociétés privées, comme Planet Lab, misent sur les CubeSat pour développer leurs réseaux de télédétection ou de télécommunications qui couvrent la planète en permanence. L’augmentation du nombre de satellites à placer sur orbite nécessite d’autres opportunités de lancement que celles proposées à l’heure actuelle.

A ce jour, ces satellites sont envoyés dans l’espace en utilisant la place restante sur les fusées classiques ou les ravitailleurs à destination de la station spatiale avec comme inconvénients majeurs de dépendre de la charge utile principale et de payer cher le lancement. Un moyen de transport adapté à ce marché renforcera l'accès européen à l'espace et l’indépendance technologique associée et offrira ainsi des avantages stratégiques et concurrentiels aux entreprises, universités et organismes de recherche.

Une étude de marché montre qu’il va y avoir une augmentation exponentielle des besoins de lancement d'ici 2020-2025. L’Europe spatiale ne pouvait pas être absente sur ce créneau très prometteur à l’avenir. C’est la raison pour laquelle la Commission crée ce prix qui sera attribué en 2021 au projet qui répondra le mieux aux critères d'éligibilité et d'attribution. Le concours est ouvert à tous, y compris aux industriels qui planchent sur le sujet depuis plusieurs années. Plusieurs projets sont à l’étude en Europe, notamment Prometheus en Grande-Bretagne, NorthStar en Norvège ou encore Arion en Espagne. D’autres pourraient voir le jour dans les années à venir. S’ils répondent aux critères, ils pourront être proposés avant fin 2020, date limite pour soumettre des demandes. Au terme d’une procédure de sélection, le vainqueur du concours recevra le Prix d’un montant d’une valeur de 10 millions d’euros qui seront utilisés pour concrétiser le projet.