L’Angola enfin sur orbite

Publié par Philippe VOLVERT le 27-12-2017

Après de nombreux reports, le satellite angolais Angosat a été placé sur orbite avec succès - Photo Roskosmos

Après moult rebondissements, le premier satellite angolais de télécommunications a pu rejoindre son orbite. La fusée ukrainienne Zenit 3F en charge du lancement a décollé à 19 heures TU du cosmodrome de Baïkonour. Le déploiement d’Angosat 1 a eu lieu huit heures 54 minutes plus tard, après une série d’allumages de l’étage supérieur Fregat SB. Selon le plan de vol publié par l’agence spatiale russe Roskosmos, trois allumages du Fregat SB auront suffit à propulser les 1 647 kg du satellite directement sur l’orbite géostationnaire.

Ce lancement était le 91ème et dernier lancement de l’année 2017, celui de la fusée japonaise SS-520, prévu pour le 28 décembre, étant reporté à une date ultérieure.

Angosat 1 est le fruit d’un accord gouvernemental signé entre l’Angola et la Russie en 2009. Construit par RSC Energia, Angosat 1 est conçu pour une durée de vie de 15 ans et sera positionné par 13 degrés de longitude Est.

Le satellite, bâti autour d’une plate-forme USB, est équipé d’une charge utile fournie par Airbus Defence & Space. Elle est constituée de 16 transpondeurs en bande C et six en bande Ku qui offriront des services de télédiffusion, Internet, radio et autres services de télécommunications à l'Angola, au reste de l'Afrique et à certaines parties de l'Europe.

Le lancement d’Angosat 1 est l’un des rares cas de coopération entre la Russie et l’Ukraine depuis la dégradation de leurs relations en 2014 suite à l’annexion de la Crimée par la Russie et son implication dans une guerre civile en cours.

Angosat 1 devait à l’origine être lancé par une fusée Zenit 3SL depuis la plate-forme océanique Sea-Launch. Les opérations de la compagnie ayant cessé en 2014, les autorités russes ont envisagé un moment de recourir à Angara 5 avant de décider l’année dernière de confier la mission à une fusée Zenit 3F déjà assemblée au cosmodrome de Baïkonour.

Le lancement de la nuit dernière marque la reprise des activités pour Zenit qui n’avait plus volé depuis 2015. Employant des étages ukrainiens et des moteurs russes, la production de la fusée avait stoppé après la détérioration des relations entre les deux pays, paralysant l'activité de Sea Launch jusqu’à son rachat par la compagnie aérienne S7 Airlines. La nouvelle société Sea Launch, baptisée S7 Sea Launch, a commandé une douzaine de nouveaux lanceurs Zenit pour des missions depuis Baïkonour ou la plate-forme océanique. La prochaine mission devrait permettre de placer sur orbite le satellite ukrainien Lybid 1 en attente d’un lancement depuis 2015.