Un lancement pour Planet Labs

Publié par Philippe VOLVERT le 01-11-2017

Minotaur C revient dans l’arène après deux échecs successifs et place sur orbite dix satellites pour Planet Labs - Photo Orbital ATK

Orbital ATK a lancé avec succès la fusée Minotaur C, chargée de placer sur orbite 10 satellites d’observation de la Terre. Le lanceur a décollé à 21 heures 37 TU depuis la base militaire de Vandenberg en Californie. Après un vol parfait de 13 minutes, les satellites SkySat 8, 9, 10, 11, 12, 13 ont été séparés sur l’orbite visée. Quelques minutes plus tard, c’était au tour de Flock 3m-1, 3m-2, 3m-3 et 3m-4 de les rejoindre.

Le succès de mardi soir marque le retour en vol de Minotaur C. La fusée d’Orbital ATK était clouée au sol depuis mars 2011 après un deuxième échec successif. C’était la première mission du lanceur sous son nouveau nom. A l’origine, il était connu sous l’appellation Taurus avant qu’elle ne soit changée au début de l’année 2014 pour Minotaur C (C pour Commercial).

Une charge utile pour observer la Terre

SkySat désigne une constellation d’engins spatiaux dédiés à l'observation de la Terre et exploités par la société américaine Planet Labs basée à San-Francisco. Space Systems/Loral s’est chargé de la construction des satellites de 120 kg chacun dans son usine de Palo Alto en Californie. Ils utilisent une plate-forme SSTL-50 équipée d’un télescope Ritchey-Chrétien d'une longueur focale de 3,6 mètres sur lequel est monté un capteur CCD d’une capacité de 5,5 Mpixel. Chaque satellite est en mesure de produire une image de la Terre à haute résolution panchromatiques (0,9 mètre) et multi spectrales (2 mètres) à des fins commerciales. La constellation évolue sur une orbite héliosynchrone culminant à 500 km d’altitude organisée sur 3 plans orbitaux, ce qui permet un passage fréquent au-dessus de la même zone du globe.

Planet Labs ne se concentre pas uniquement sur SkySat. La société dispose de deux autres constellations dont une qui s’articule autour d’une flottille de CubeSat de 5 kg chacun. Les Flock sont construits par la société elle-même. La charge utile est constituée par une caméra Planet Scope fournissant une image de la surface de la Terre avec une résolution comprise entre 3 et 5 mètres. L’objectif est de disposer d’au minimum 100 satellites opérationnels pour pouvoir fournir des images actualisées avec une fréquence quotidienne de n'importe quel point de la planète. Contrairement aux SkySat dont la durée de vie est de 6 ans minimum, celle des Flock se limite à 3 ans maximum, ce qui nécessite un renouvellement régulier de la flotte existante. La plupart des satellites Flock embarque à bord des ravitailleurs à destination de la station spatiale internationale pour y être déployé ultérieurement par l’équipage. Mais il arrive que certains satellites soient lancés par des fusées en tant que charge utile secondaire.