Nouveau couac pour la Chine

Publié par Philippe VOLVERT le 02-07-2017

Après un décollage parfait, le second vol de la fusée chinoise Chang-Zheng 5 se solde par un échec - Photo Xinhua

Mise à jour 02/07/2017

Après un décollage parfait à l’heure prévue, le second vol d’essai de la fusée Chang-Zheng 5 s’est soldé par un échec. Il s’agit de la deuxième déconvenue pour la Chine après le raté lors du lancement du satellite Zhongxing 9A il y a tout juste deux semaines.

Le deuxième lancement de la super fusée chinoise avait pourtant commencé sous de bons auspices. Contrairement au vol inaugural, la chronologie s’était déroulée sans incident notoire avec un décollage à 11 heures 23 TU depuis le centre spatial de Wenchang. Sous la coiffe se trouvait le satellite de communications Shijian 18.

La confiance était de mise dans la salle de contrôle où l’on suivait attentivement les différentes étapes de la mission. Mais à la fin de la phase de propulsion du premier étage, la tension est montée d’un cran. Les paramètres du vol qui s’affichaient en temps réel montraient qu’il y avait un problème. Alors qu’ils devaient fonctionner 465 secondes, les moteurs YF-77 ont continué à propulser la fusée 105 secondes de plus. Y aurait-il eu un déficit de puissance sur l’un des moteurs que l’ordinateur de bord aurait tenté de compenser en les faisant fonctionner plus longtemps ? Seule l’enquête pourra le déterminer. Mais lorsque le deuxième étage a pris le relai, il était déjà trop tard, la courbe de la trajectoire s’incurvait déjà vers le sol. Aussitôt, la télévision chinoise arrêtait la retransmission en direct. Quelques minutes après l’heure théorique de la séparation du satellite, l’agence de presse Xinhua annonçait officiellement l’échec du lancement.

Le lancement d’une fusée reste une activité risquée. C’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit d’un lanceur neuf qui doit encore faire ses preuves. Il était prévu de le déclarer opérationnel au terme de ce second vol d’essai s’il réussissait et de préparer le troisième pour novembre prochain. A cette occasion Chang-Zheng 5 devait lancer la mission Chang’e5 chargée de récolter des échantillons lunaires et de les ramener sur Terre. L’échec de cette après-midi va remettre en question le calendrier établi par les responsables du programme spatial chinois. Ils se réuniront dans les prochains jours pour discuter de la suite à donner.

A bord de Chang-Zheng 5 se trouvait Shijian 18. Il y a peu d’informations qui ont été divulguées. On sait qu’il a été construit par la CAST à partir d’une plate-forme DFH-5. Il s’agit d’un satellite expérimental d’une masse de 7,5 tonnes, la plus lourde charge utile destinée à l’orbite géostationnaire lancée par une fusée chinoise.