Succès pour la 238ème Ariane

Publié par Philippe VOLVERT le 29-06-2017

80ème succès d'affilée pour la fusée européenne Ariane qui a placé sur orbite deux nouveaux satellites - Photo Arianespace/ESA/CNES/Service optique du CSG

Le lancement de la 238ème Ariane, le 63ème de la version Ariane 5ECA, a été un plein succès avec la mise sur orbite de deux nouveaux satellites de télécommunications. Il s’agit de la 80ème réussite d’affilée depuis l’échec de décembre 2002.

La fusée européenne a pris son envol la nuit dernière du Centre Spatial Guyanais après un arrêt de chronologie pour problème technique. Le décollage depuis l’ensemble de lancement numéro 3 a eu lieu à 21 heures 15 TU. Après un vol parfait de 39 minutes, les deux satellites étaient séparés sur l’orbite prévue.

Hellas Sat 3/Inmarsat S EAN (5,8 tonnes) est le deuxième satellite de l’opérateur chypriote HellaSat, filiale d’Arabsat Group. Il a été construit par Thales Alenia Space. Il est constitué d’une plate-forme Spacebus 4000 C4 équipée 44 répéteurs en bande Ku et 1 en bande Ka qui serviront à la télédiffusion directe et aux télécommunications. Il sera positionné par 39° Est pour couvrir l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique sub-saharienne. HellaSat 3 transporte également une charge utile pour le compte d’Inmarsat en partenariat avec Deutsche Telekom. Il s’agit d’un service en bande S qui offrira des services mobiles améliorés sur l’Europe grâce à un réseau intégré sur l’ensemble des 28 pays membres de l’Union Européenne, plus la Norvège et la Suisse.

G-Sat 17 est le 21ème satellite confié à la fusée européenne par l’agence spatiale indienne ISRO depuis le vol L03 d’Ariane en 1981. Il a été construit par l’ISRO à partir d’une plate-forme I-3K équipée de répéteurs en bande C, C étendue et en bande S lui conférant une masse au décollage de 3 477 kg. Il sera positionné par 93,5° Est d’où il offrira des services de communications fixes et mobiles, de transmission de données et de services de recherche et secours. Il couvrira l’Inde, le Moyen-Orient et les régions d’Asie du Sud-Est pendant au moins 15 ans.