La Chine à l’assaut des rayons X

Publié par Philippe VOLVERT le 15-06-2017

La Chine se lance dans l'astronomie après la mise sur orbite réussie de son premier observatoire HXMT - Photo Xinhua/Zhen Zhe

Satisfaction générale à l’agence spatiale chinoise après le lancement réussi du télescope spatial à rayons X Huiyan. Il a été lancé la nuit dernière par une fusée Chang-Zheng 4B au départ de la base de Jiuquan. Il a rejoint son orbite vingt-cinq minutes plus tard. Huiyan était accompagné des petits satellites Zhuhai 1-01, Zhuhai 1-02 (50 kg chacun) et ÑuSat 3 (37 kg).

Le Hard X-ray Modulation Telescope est le premier observatoire astronomique envoyé dans l’espace par la Chine. Il est le fruit d’une collaboration entre le Ministère des Sciences et Technologies, l’Académie des Sciences Chinoise, l’Institut de physique des hautes énergies et l’Université de Tsinghua. L’assemblage final du télescope a été confié à l’Académie Chinoise des Technologies Spatiales.

Son lancement est l’aboutissement de longues années de développement. Le projet initial est proposé une première fois en 1993 mais il ne sera adopté qu’en 2000 pour un lancement annoncé en 2010. Toutefois, l’agenda n’a pu être tenu et le projet a nécessité un financement réparti sur trois plans quinquennaux pour se concrétiser. Ce n’est que la nuit dernière qu’il a pu enfin rejoindre son orbite circulaire à 550 km d’altitude sur une inclinaison de 43 degrés.

A quoi va servir ce nouveau télescope spatial ? Huiyan aura quatre années pour étudier les rayons X durs dont l'énergie est comprise entre 1 et 250 keV. Pour se faire, le télescope est équipé de trois instruments sensibles à des rayonnements ayant des niveaux d'énergie différents (bas, moyen, élevé). Dans un premier temps, ils dresseront une cartographie complète des différentes sources de rayons X durs provenant de l’Univers. Ensuite, ils se focaliseront sur les régions où le rayonnement est le plus intense, notamment les trous noirs et les pulsars afin de mieux comprendre leur évolution. La mission de Huiyan ne s’arrête pas là. Polyvalent, il chassera également les rayons gammas émis occasionnellement dans l’espace.