Etat d’avancement du Next-Generation Launch Vehicle

Publié par Philippe VOLVERT le 08-04-2017

Orbital ATK a dévoilé les grandes lignes de son futur lanceur NGL dont le premier vol est prévu en 2021 - Photo Orbital ATK

Cette semaine, Orbital ATK a présenté l’état d’avancement du développement de son futur lanceur NGL dont le premier vol est prévu en 2021.

Le Next-Generation Launch Vehicle est un projet initié fin 2015 par Orbital ATK, partiellement financé par l’US Air Force dans un effort pour accélérer les alternatives aux technologies russes dont dépendent plusieurs lanceurs américains. En 18 mois, Orbital ATK et l’US Air Force ont engagé plus de 200 millions $ dans le développement du NGL.

Le nouveau système de lancement vise à étendre la gamme actuelle des fusées proposées par l’industriel, constituée actuellement de Pegasus et Minotaur (petite classe) et Antares (moyenne classe). NGL est conçu pour la mise sur orbite de charges utiles lourdes gouvernementales et commerciales.

Le NGL devrait bénéficier des anciennes infrastructures de lancement de la navette spatiale. Orbital ATK a signé un accord avec la Nasa pour utiliser le complexe de lancement 39B au Kennedy Space Center. La compagnie projette d’installer une autre aire de lancement sur la base de Vandenberg en Californie.

Le nouveau lanceur hérite des technologies éprouvées pour réduire les risques techniques et les coûts de développement. Dans sa présentation, Orbital ATK a dévoilé les grandes lignes de l’architecture du NGL. La fusée se déclinera en deux versions: Serie 500 et Serie 500XL. Toutes les deux empruntent une version raccourcie du booster de la navette pour les deux premiers étages de propulsion. Au décollage, des propulseurs latéraux identiques à ceux utilisés sur Atlas V donneront le coup de pouce nécessaire pour arracher l’imposante masse du lanceur de l’attraction terrestre. Le troisième étage emploiera un mélange d’hydrogène et d’oxygène liquide et sera propulsé par un moteur BE-3 développé par Blue-Origin. La coiffe de large diamètre est empruntée à l’Atlas et existera en deux tailles (15 ou 20 m). La série 500 pourra placer sur orbite de transfert géostationnaire une masse variant entre 5,5 à 8,5 tonnes tandis que la série 500XL pourra atteindre directement l’orbite géostationnaire avec une charge utile maximale de 7 tonnes.

A l’heure actuelle, NGL devrait passer en phase de production et d’essai en 2019 avant un premier vol de certification prévu en 2021. La prochaine étape pour le programme sera l’obtention en 2018 du « Launch Services Agreements » pour être autorisée à lancer des satellites de la sécurité nationale.