Un satellite d’alerte précoce sur orbite

Publié par Philippe VOLVERT le 21-01-2017

Une fusée Atlas V a placé sur orbite le troisième satellite d'alerte précoce SBIRS-GEO - Photo United Launch Alliance

Après un report de 24 heures en raison d’un problème technique, la fusée Atlas V/401 a rempli sa mission en plaçant sur orbite de transfert géostationnaire le satellite militaire américain SBIRS-GEO 3. Le lancement a eu lieu depuis la base de Cap Canaveral la nuit dernière à 00 heure 42 TU. Il s’agissait du 69ème lancement d’une Atlas V depuis sa mise en service en août 2002. Lockheed Martin procédera à six allumages de moteurs dans les neuf prochains jours pour circulariser l’orbite du satellite à une altitude géostationnaire.

Comme son nom l’indique, SBIRS-GEO 3 (Space-Based Infrared System – Geostationnary 3) est le troisième satellite de défense antimissile fonctionnant dans le domaine de l’infrarouge. Il est basé sur une plate forme A2100M de Lockheed Martin équipée d'une charge utile conçue par Northrop Grumman comportant deux capteurs infrarouges pour détecter et caractériser tous les lancements de missiles balistiques intercontinentaux à travers le monde. Au décollage, SBIRS-GEO 3 pesait environ 4,5 tonnes. Il rejoint SBIRS-GEO 1 et 2 lancés respectivement en 2011 et 2013. Le réseau est complété par plusieurs satellites SBIRS-HEO circulant sur une orbite elliptique forte.

Le système infrarouge basé dans l’espace est un élément clé de la défense américaine mais doit faire face à l’explosion de ses coûts. La complexité des technologies employées et divers autres problèmes ont entraîné un surcoût significatif qui a retardé la mise en œuvre du réseau. En raison de l’important dépassement budgétaire, le nombre de satellites a été réduit en 2005 à trois exemplaires. A défaut d’une alternative au SBIRS, l’US Air Force a décidé de maintenir le programme et de l’enrichir de trois autres satellites à lancer d’ici 2022.