Hellas-Sat 3, de Falcon à Ariane

Publié par Philippe VOLVERT le 10-12-2016

La société Inmarsat a transféré le lancement de son satellite Hellas-Sat 3 sur la fusée européenne Ariane 5 - Photo HellasSat

La société Inmarsat a transféré le lancement de son satellite Hellas-Sat 3 sur la fusée européenne Ariane 5. A l'origine, il devait être lancé dans le courant de l'année 2017 par une Falcon 9 depuis le Kennedy Space Center. Suite à l'explosion survenue lors d'un essai au sol en septembre dernier, la fusée de SpaceX est clouée au sol. La reprise des vols, annoncée pour novembre dernier a été reportée au début de l'année prochaine. L'Administration fédérale de l'aviation qui gère également la réglementation en matière de lancements spatiaux commerciaux n'a pas encore donné son feu vert pour autoriser la reprise des activités de la société privée. Elle attend les conclusions de l'enquête menée conjointement par SpaceX, la Nasa et l'US Air Force sur les causes de l'accident. Le retard engendré n'arrange pas les affaires d'Inmarsat et Hellas-Sat, propriétaires d'Hellas-Sat 3, qui souhaitent voir leur satellite prendre le chemin de l'espace au plus vite. Ils ont décidé de renoncer à Falcon 9 et d'activer l'option de lancement sur Ariane 5 pour un lancement dans le courant du second trimestre 2017.

L'option de lancement est une garantie proposée par les opérateurs qui permet aux clients de disposer de leur satellite au moment voulu. Elle est activée dans le cas où le lanceur choisi au départ ne se serait pas en mesure d'effectuer la mise sur orbite dans les délais impartis. Le client pourra alors se tourner vers un autre lanceur sur lequel, il aura mis une « option ». La plupart du temps, le client réserve un nombre de places déterminés et en fonction de ses besoins, il assigne les satellites qui en bénéficieront.

Hellas-Sat 3 est un imposant satellite de 5,9 tonnes construit par Thales Alenia Space. Il est construit autour d'une plate-forme Spacebus 4000 C4 équipée de 44 répéteurs en bande Ku et un répéteur en bande Ka pour fournir des services de télécommunications mobiles (MSS), fixes (FSS) et de télédiffusion (BSS). Il dispose également d'une charge utile en bande S dédiée au réseau européen pour l'aviation qui offrira des services de connectivité Wifi à haut débit et haute capacité pour les passagers aériens sur l'ensemble de l'Europe.