Angara

Historique

Angara est le premier lanceur de conception nouvelle sorti des planches à dessin des ingénieurs depuis Energiya datant du milieu des années 80. Il aura fallu plusieurs décennies avant qu’émerge un nouveau système de lancement moderne en Russie et qui ne soit pas une adaptation d’un missile militaire. L'architecte industriel du projet c'est Khrunichev State Research and Production Space Center.

Le système de lancement Angara est innovant à plus d’un titre. C’est le premier lanceur majeur de la flotte russe à s’affranchir des installations kazakhes de Baïkonour. La Russie a préféré implanter le nouveau pas de tir sur le cosmodrome de Plesetsk et ultérieurement Vostotchny. La localisation très septentrionale du centre spatial se fait ressentir sur les performances du lanceur qui seront presque 20 % moins importantes que s’il décollait d’une base équatoriale. Angara est un lanceur modulable à l’instar des Falcon dont le modèle utilisé sera adapté à la mission à remplir. Les petites versions se verront confier les lancements sur orbite basse tandis que les gros modèles se verront assigner les orbites hautes comme la géostationnaire très prisée. A terme, Angara remplacera peu à peu Proton, jugée trop polluante et dont les technologies datent des années 60. International Launch Services assurera son exploitation commerciale sur le marché international.

Angara est constituée d’un bloc central URM (Universal Rocket Module) équipé d’un moteur RD-191 qui brûle un mélange de kérosène et d'oxygène liquide. Selon le modèle, l’URM sert également de propulseurs d’appoint. La version Angara 5 en compte quatre, portant à cinq le nombre d’URM qui entrent en action au décollage. La partie haute varie en fonction de la version. Sur certaines d’entre-elles, on retrouve l’étage Briz M qui équipe la fusée Proton.

Fiches techniques

Angara 1.2

Angara 5/Briz M

Les sources